Top

IAE Lyon 3 : le numérique au coeur des enseignements

L'enseignement du management, du marketing et de la gestion continue sa révolution culturelle. Le numérique y joue désormais un rôle central, comme l'explique Eric Disson, Maitre de conférences à l'IAE Lyon - School of Management (Université Jean Moulin 3).

IAE Lyon 3 : le numérique au coeur des enseignements

L’un des axes stratégiques de l’IAE Lyon est de développer des connaissances et des compétences autour du numérique. Une priorité qui rejoint celle de l’employabilité, au sens d’une exploitation optimale des technologies numériques dans les entreprises et les administrations.

 

Pour Eric Disson, l’enseignement des futurs managers et gestionnaires doit désormais tenir compte de 5 évolutions majeures :

 

1 – Avec le big data, les métiers du marketing ont changé. Auparavant, pour les professionnels du marketing, les informations étaient rares et coûteuses à produire. Mais ils disposent maintenant d’une quantité phénoménale de traces numériques qu’il leur faut capter, visualiser et analyser.

 

2 – Le métier d’expert comptable tend à devenir « temps réel ». Traditionnellement, la clientèle des experts comptables était en majorité faite de petits comptes. Ceux-ci adressaient épisodiquement leurs documents pour enregistrement, analyse et consolidation par leur expert comptable. Mais avec la démocratisation du cloud, d’une part, et la numérisation obligatoire des documents (factures, paie…), d’autre part, il devient possible de suivre les flux de documents en temps réel. D’où l’opportunité pour les experts comptables de proposer de nouveaux services utiles, même aux petits clients (alertes, conseils sur la trésorerie, etc.).

 

3 – L’utilisation des PGI-ERP se généralise. Ces progiciels se sont imposés en entreprise, et leur disponibilité en mode cloud les a mis à la portée des PME. La compréhension et la maîtrise de ces progiciels devient déterminante pour les étudiants, en vue de leur recrutement en entreprise.

 

4 – L’Intelligence Artificielle va changer les façons de travailler. L’intégration progressive de l’IA devrait augmenter la productivité mais aussi « ouvrir des possibilités inaccessibles aujourd’hui », souligne Eric Disson, qui a pour habitude d’alerter sur ce sujet ses étudiants : « l’IA vous remplacera si vous n’êtes pas en mesure d’apporter un plus qualitatif ! ».

 

5 – Le numérique doit être pensé comme un outil de transformation des entreprises. Pour Eric Disson, « il ne suffit pas d’enseigner l’utilisation optimale des nouveaux outils numériques de gestion ou de marketing. Il faut pousser les étudiants à se les approprier intellectuellement, de façon créative, pour les rendre capables de réinventer l’organisation et le modèle économique d’une entreprise ou d’une administration ». Autrement dit, les nouvelles générations doivent faire entrer dans les organisations toutes les capacités opérationnelles et transformationnelles du numérique. Ou comme le dit Eric Disson à ses étudiants : « même quand le numérique n’apporte pas toutes les réponses, il doit toujours soulever de nouvelles questions ».

 

Nouvelles méthodes pédagogiques et nouveaux outils numériques :

 

Ces 5 changements fondamentaux incitent les enseignants à adopter de nouveaux outils et de nouvelles postures pédagogiques. Pour preuve, à Lyon, la création récente de 2 learning labs, l’un à Centrale Lyon et l’autre à Lyon 3.
« Notre learning lab est un lieu de dialogue et d’expérimentation entre spécialistes de la pédagogie : enseignants, ingénieurs pédagogiques, techniciens, entreprises, etc. Il permet un partage d’expérience et une appropriation des outils numériques, des technologies, et des méthodes pédagogiques. Et cela dans l’objectif de transformer et d’améliorer nos cours, y compris à distance », explique Eric Disson.

 

Learning lab Université Jean Moulin Lyon 3

 

Autre innovation pédagogique majeure à l’IAE Lyon 3, le développement de plusieurs Mooc :

 

Cartopro’s – Introduction à la cartographie des processus métiers. Eric Disson est à l’origine de ce Mooc gratuit (avec L. Huin et G. Talens), destiné à un public d’étudiants et de professionnels (personnels administratifs, managers). Lancé en 2015, il a réuni plus de 21 000 inscrits, dont 9 000 participants actifs et 3 000 personnes ayant obtenu une attestation de réussite. Cette formation est ouverte à la certification en 2017 (300 certifiés).

 

D.U. numérique – Pilotage des Organisations et Processus Métier. Cet enseignement repose sur les Mooc gratuits Cartopro’s et Pilopro’s, et sur du coaching. L’examen de certification peut se dérouler en présentiel ou par télésurveillance.
Pour en revenir aux PGI, l’IAE Lyon 3 les utilise depuis plusieurs années à des fins pédagogiques. Le PGI Yourcegid, est notamment utilisé par les étudiants experts-comptables, dans le cadre de 2 Licences professionnelles et de certains Master 2.

 

« Grâce aux TD sur le PGI, nous essayons de montrer aux étudiants la structure et les process de l’entreprise, sur des exemples très concrets. De fait, on peut considérer que les PGI sont de véritables simulateurs, presque des serious games, au sens où ils permettent une immersion dans les mécanismes de l’entreprise. D’une certaine manière, on peut faire défiler en accéléré la vie de l’entreprise, pour leur apprendre à anticiper des problèmes de trésorerie, par exemple », précise Eric Disson. Et en Master 2, les compétences montent encore d’un cran : les étudiants doivent paramétrer le PGI en fonction du type d’activité et des processus métier visés.

 

Formation professionnelle et entrepreneuriat :

 

Pour un public d’entrepreneurs et d’intrapreneurs, l’IAE Lyon 3 a organisé le Master Entrepreneuriat et Développement des Entreprises Nouvelles (EDEN). Ce diplôme national est dédié à l’acquisition des compétences nécessaires à la création et au développement d’activités nouvelles au sein des entreprises.

 

Comme le souligne Eric Disson : « l’Université Jean Moulin Lyon 3 a tissé des liens très forts avec les startups, par le biais notamment de son incubateur. De plus, certains de nos étudiants font déjà partie d’une startup. Quant à nos chiffres, ils indiquent une tendance nette et croissante : nos étudiants tendent à fonder leur propre entreprise ou à rejoindre une grande entreprise – au détriment des PME traditionnelles qui étaient plutôt la cible préférée des IAE ». D’autant que, bien souvent, le fait de rejoindre une grande entreprise est la dernière étape du cursus, juste avant de créer sa propre startup ! Faut-il y voir une plus grande ambition des nouvelles générations ?

 

Quelles que soient les ambitions et la filière choisie par les étudiants, Eric Disson leur donne ce conseil : « aujourd’hui et demain, le succès se résume finalement en 3 points : agilité, vigilance, et formation tout au long de la vie ». A méditer !

 

Christophe Castro pour Cegid Education

 

*massive open online course ou cours en ligne ouvert et massif